Les Vrais Couteaux de Survie de Bear Grylls

0 commentaires

Si Gerber propose toute une gamme de couteaux de survie estampillés Bear Grylls, l’aventurier a multiplié les infidélités au coutelier lui préférant, un temps, les couteaux Buck. Entre couteaux cheap et d’autres réellement stylés, nous vous proposons un passage en revue des lames que le héros de Man versus Wild a vraiment utilisées.

Les couteaux Bear Grylls de Gerber : entre gros coup de com’ et vrai savoir-faire

 

Dans le monde de la survie, Bear Grylls est un nom qui en impose. Le héros culte de la série Man versus Wild a même bercé toute une génération de survivalistes et de fans du bushcraft en devenir. Une réalité que le coutelier Gerber, une firme américaine de renom, a parfaitement comprise. Surfant sur l’engouement autour de l’aventurier et de son émission, elle n’a pas hésité à capitaliser sur l’image de Bear Grylls en proposant toute une gamme de couteaux à son nom

Bon, pardon de casser l’ambiance, mais on vous prévient direct : dans cette histoire, le vrai talent de Gerber a été commercial. Son plan marketing du tonnerre, rondement mené, a contribué à imposer les couteaux Bear Grylls comme des références de l’outdoor. Et ce même si les premiers modèles sortis d’usine laissaient très clairement à désirer… Et puis, comme toujours, quand la marque claque (et Bear Grylls est un nom qui claque), vous en payez le prix… 

Un sombre tableau qu’il s’agit toutefois nuancer : Gerber, en dépit de son savoir-faire en coup de com’, sait aussi forger des lames de qualité. Pour preuve, l’entreprise a plus de 100 ans d’histoire et s’est imposée comme le plus important fournisseur de couteaux des forces armées américaines. Ou, pour le dire autrement, si la plus grosse armée du monde a choisi de leur faire confiance, il y a des chances pour que leurs couteaux soient d’excellente qualité, non ? Oui, carrément.

Bear Grylls, un homme à couteau

 

Toujours est-il que le héros de Man vs Wild n’a pas toujours utilisé des couteaux Gerber. Loin de là. Buck, autre gros fabricant américain, lui a même un temps volé la vedette. Surtout aux débuts de l’émission avec le Zipper et l’Iceman. Sans compter que le couteau de survie dont Bear Grylls s’est le plus servi reste encore le Bayley S4. Une lame d’exception produite artisanalement et dont les collectionneurs s’arrachent maintenant les quelques modèles en circulation aux alentours de 1 000 €. Allez faire un tour sur Ebay et vous en aurez le cœur net. Perso, à ce prix-là, je ne l’ai pas mise dans mon placard…

A noter que le site francophone de référence sur Bear Grylls estime que l’aventurier aurait utilisé au moins onze couteaux différents lors de ses émissions. Certains en one shot, toujours dans cette logique du coup de pub, d’autres plus durablement. Alors, trêve de bavardages et passons en revue toutes ces lames.

Bear Grylls Ultimate Pro : une lame premium

Notre avis : Une lame à tranchant lisse, un marteau, un sifflet de survie, un petit manuel de survie, une pierre à feu… La liste n’en finit plus pour ce tranchelard multifonction qui est clairement le leader de la gamme des couteaux Bear Grylls, la version premium de l’Ultimate Survival qui pouvait mieux faire. Alors, les spécialistes feront remarquer qu’il n’apparaît jamais dans la série Seul face à la nature. C’est vrai ! Mais (parce qu’il y a un mais) il est utilisé par l’aventurier lors de son émission Running wild with Bear Grylls. Sans conteste, on a ici affaire à un couteau bien fini et bien solide avec sa soie pleine (full tang). Seul hic : la pierre à feu, très tendre, se finit à toute allure.

>> Notre avis détaillé sur le Bear Grylls Ultimate Pro <<

Avantages :

  • C’est un couteau fiable : on peut compter sur lui
  • Une lame adaptée aux gros travaux
  • Les accessoires fournis avec
  • La couleur du manche qui permet de ne pas le perdre

Inconvénients :

  • L’affûtage à la livraison pourrait être un tantinet mieux réalisé
  • La durée de la pierre à feu

Les caractéristiques du Bear Grylls Ultimate Pro

  • Forme de la lame : droppoint 
  • Type d’acier : acier inoxydable 9Cr19MoV
  • Matériau de la poignée : plastique
  • Poids : 280 g
  • Longueur de la lame : 122 mm
  • Longueur : 254 mm
  • Épaisseur de la lame : 4,5 mm

Buck Iceman : le couteau avec lequel Bear Grylls a commencé

Notre avis : C’est lors des tout premiers épisodes de la série Man vs Wild que Bear Grylls utilise le couteau Buck Iceman. On peut l’entrapercevoir alors que l’aventurier bataille en Alaska et dans le désert de Moab (État de l’Utah aux USA). Ce couteau pliant est une déclinaison du Buck 870 Bones, dont le manche, troué comme un squelette, a été totalement modifié. Si ce modèle perd en légèreté par rapport au 870, ça reste un bien grand mot au regard de ses 155 g.  Et, grâce aux incrustations de caoutchouc dans la poignée, le Buck Iceman gagne très nettement en adhérence. Agréable en main, bien fini et doté d’un look agressif, ce couteau de survie pas cher n’a rien à envier à certains de ses confrères. Tout au plus, en bon couteau pliant, il aura du mal à résister aux travaux les plus rupestres.

Avantages :

  • La qualité Buck à petit prix
  • Bon équilibre en main
  • Finitions agréables
  • Look stylé

Inconvénients :

  • Les vis peuvent se desserrer à l’usage
  • Dommage le “made in China

Les caractéristiques du Buck Iceman

  • Forme de la lame : tanto
  • Type d’acier : 420 HC
  • Matériau de la poignée : aluminium, caoutchouc
  • Poids : 155 g
  • Longueur de la lame : 88 mm
  • Longueur : 212 mm
  • Épaisseur de la lame : 2,7 mm

Buck Zipper : une lame pour les Everglades

Notre avis : Ce couteau, destiné à la chasse avec son profil poignard et son crochet à éviscérer, dispose d’un fil radical. Bear Grylls l’utilise lors de la saison 1 de la série Man vs Wild. Tout particulièrement dans les Everglades, un environnement hostile au cœur de la Floride où pullulent les alligators, et dans la barre des Rocheuses canadiennes.  Facilement affûtable, parfait pour pratiquer le dépeçage, sans compter sa prise en main optimale, le Buck Zipper est un couteau de chasse très complet dans son registre pour un poids correct. Et puis Buck, ça reste une sacrée marque !

Avantages :

  • Excellente adhérence au niveau du manche
  • Tranchant rasoir
  • Lame parfaite pour dépecer une bête
  • Une des meilleures lames fixe pour la chasse

Inconvénients :

  • Les parties en laiton peuvent ternir
  • La gaine laisse un peu à désirer

Les caractéristiques du Buck Zipper

  • Forme de la lame : droppoint avec crochet à éviscérer
  • Type d’acier : 420 HC
  • Matériau de la poignée : stamina ou en noyer
  • Poids : 182 g
  • Longueur de la lame : 108 mm
  • Longueur : 222 mm
  • Épaisseur de la lame : 3,2 mm

Bear Grylls Ultimate survival : un couteau qui fait le job

Notre avis : Véritable best-seller, ce couteau n’en est pas pour autant une machine de guerre. Ou, pour le dire autrement, le Bear Grylls Ultimate Survival est à la coutellerie ce que Harry Potter est à la littérature : un truc sympa, bien mené mais sans ce surcroît d’âme qui fait la différence. Il s’agit d’un couteau bushcraft solide, fiable mais qui, sans que le nom de Bear Grylls ne lui soit accolé, aurait dû rester dans l’anonymat de milliers de couteaux industriels. Après, côté prix, ramené à la qualité d’ensemble, c’est une lame très clairement attractif : on sent bien qu’elle a été pensée pour toucher un public des plus larges. Ce couteau apparaît dans la série Man vs Wild lors de la saison 7.

Avantages :

  • Un rapport qualité/prix imbattable
  • Longueur et épaisseur de lame idéales
  • Excellente tenue en main
  • Les couleurs du manche qui évitent de le perdre

Inconvénients :

  • On n’aime pas les serrations
  • Etui un peu cheap
  • Durée de la pierre à feu

Les caractéristiques du Bear Grylls Ultimate survival

  • Forme de la lame : droppoint 
  • Type d’acier : acier inoxydable
  • Matériau de la poignée : plastique
  • Poids : 235 g
  • Longueur de la lame : 120 mm
  • Longueur : 250 mm
  • Garantie : 25 ans

LMF II Infantry de Gerber : un couteau de combat de haute volée

Notre avis : Cette lame n’apparaît que tardivement dans la série Man vs Wild puisqu’il faut attendre 2010 pour la voir et ce alors que l’émission a débuté dès 2006. Il n’empêche, ça n’en reste pas moins un excellent couteau de survie, voire le meilleur de cette liste. A vocation tactique, puisque destiné aux soldats US, le LMF II Infantry embarque tout un attirail de fonctionnalités sacrément pratiques, comme une option marteau et brise-vitre. Cette lame mise avant tout sur l’efficacité et la polyvalence, l’idée étant qu’elle puisse être utile dans n’importe quelle situation. Enfin, son manche dispose d’une adhérence remarquable.

>> Notre avis détaillé sur le LMF II Infantry <<

Avantages :

  • Un manche qui absorbe parfaitement les chocs, même électriques !
  • Un des meilleurs couteaux multi-usages du marché
  • Une gaine avec un aiguiseur intégré

Inconvénients :

  • Le mixte entre entre tranchant et lame crantée nous laisse circonspect

Les caractéristiques du LMF II Infantry

  • Forme de la lame : droppoint 
  • Type d’acier : 420 HC
  • Matériau de la poignée : FRN, caoutchouc
  • Poids : 330 g
  • Longueur de la lame : 125 mm
  • Longueur : 271 mm
  • Épaisseur de la lame : 4,7 mm

Le Gator : le premier Gerber de la série Man vs Wild

Notre avis : Bear Grylls a utilisé le couteau Gator lors de la première saison de Seul face à la nature. Sa spécificité ? Le grip Gator de la poignée qui a l’apparence d’une peau de crocodile et, surtout, une super adhérence. Couteau de chasse plus que de survie, cette lame dispose d’une garantie notable de 25 ans pour un rapport qualité-prix assez bluffant. Et fait partie des modèles emblématiques de la marque Gerber. Autre atout de ce couteau de chasse : sa lame est vraiment simple à affûter ce qui en fait un couteau tout trouvé pour ceux qui ne gèrent pas l’art d’aiguiser des aciers à 60 HRC (extrêmement dur). Ça n’en reste pas moins un couteau pliant, alors ne tentez pas de sectionner un rondin de 10 cm de diamètre. Il risquerait de ne pas trop aimer les frappes à la volée…

Avantages :

  • Très solide
  • De bonne qualité générale
  • Poignée très agréable même mouillée
  • Lame facile à aiguiser

Inconvénients :

  • Gaine à changer
  • II faut se servir des deux mains pour l’ouvrir

Les caractéristiques du Gator de Gerber

  • Forme de la lame : clippoint
  • Type d’acier : 420 HC
  • Matériau de la poignée : FRN, caoutchouc
  • Poids : 131 g
  • Longueur de la lame : 84 mm
  • Longueur : 216 mm
  • Épaisseur de la lame : 3,1 mm

Gerber Prodigy : le petit frère du LMF II Infantry

Notre avis : Particulièrement robuste avec sa lame full tang, c’est à dire s’enfonçant jusqu’au bout du manche, le Prodigy de Gerber ressemble à s’y méprendre au LMF II Infantry dont on peut dire qu’il est le petit frère. Fiable à souhait, il fait partie des couteaux dont Bear Grylls s’est servi durablement lors des saisons 6 et 7 de Man versus Wild. Il présente également un excellent compromis entre poids et solidité avec 210 g pour une lame d’une épaisseur de 4,8 mm. Magistral ! Et, si on va chercher du côté du prix, au regard de ses qualités, il faut dire qu’on n’en a pas pour son argent. Enfin, son look agressif, typé pour le combat, ne peut pas laisser indifférent.

Avantages :

  • Un couteau multifonctions vraiment pas cher
  • Son épaisseur de lame le rend vraiment très solide
  • Ni trop léger, ni trop lourd
  • Un style tactique qui en impose
  • Excellent premier achat

Inconvénients :

  • On aurait aimé une lame un tout petit plus grande 

Les caractéristiques du Prodigy de Gerber

  • Forme de la lame : droppoint 
  • Type d’acier : 420 HC
  • Matériau de la poignée : FRN, caoutchouc
  • Poids : 210 g
  • Longueur de la lame : 122 mm
  • Longueur : 247 mm
  • Épaisseur de la lame : 4,8 mm

Bear Grylls Folding Sheath : le low cost de la famille

Notre avis : Bien que très populaire, ce couteau ne casse pas trois pattes à un canard unijambiste. Clairement, son atout, c’est son prix. Mais faut dire aussi que ça se répercute sur la qualité des matériaux… Dans la gamme des couteaux Bear Grylls de Gerber, c’est sans doute le moins abouti : c’est une lame pour le camping, pas plus. Au fond, avec ce couteau, vous vous offrez du Bear Grylls pour pas trop cher. Et c’est déjà ça de pris. A noter également que ce couteau passe à l’écran lors de trois épisode de la série Running Wild with Bear Grylls.

Avantages :

  • Garantie de 25 ans
  • Un couteau de survie vraiment pas cher
  • Une bonne solidité d’ensemble

Inconvénients :

  • Difficile de l’ouvrir d’une seule main
  • Trop gros pour être transporté dans une poche
  • Trop petit pour des travaux de bushcraft

Les caractéristiques du Bear Grylls Folding Sheath

  • Forme de la lame : droppoint 
  • Type d’acier : 7Cr17MoV
  • Matériau de la poignée : FRN, caoutchouc
  • Poids : 125 g
  • Longueur de la lame : 95 mm
  • Longueur : 217 mm
  • Épaisseur de la lame : 3,8 mm
0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *