Survivalisme : six Français sur dix redoutent l’effondrement de notre civilisation

par | Jan 3, 2020 | Actualités, Survivalisme | 0 commentaires

C’est ce que révèle un sondage YouGov pour le HuffPost publié lundi. Ou, pour le dire autrement, la fin du monde est le sujet du moment. Il faut dire que le contexte n’est pas vraiment propice à l’optimisme…

L’information n’a pas fait plus de bruit que ça. Et pourtant… Elle en dit long sur l’état d’inquiétude des Français. 58 % d’entre eux disent craindre l’effondrement de notre civilisation (65 % des moins de 24 ans). En cause ? Le réchauffement climatique, la surpopulation, les pandémies ou encore l’accroissement des inégalités. Un constat que dresse le HuffPost, sondage exclusif* à l’appui, dans un article daté du 2 décembre 2019.

A y regarder de plus près, le réchauffement climatique constituerait pour les sondés la cause la plus probable et donc la plus anxiogène de cet effondrement (36%). Pour les 35-44 ans, ce chiffre atteint même les 45 %.  Les 18-24 ans sont, quant à eux, 17% à avoir peur d’une guerre nucléaire, contre 9% en moyenne pour l’ensemble des Français. 

A quoi ressemblerait un monde post-effondrement ?

 

Particulièrement pessimistes, les Français ne sont pas vraiment prêts à croire en l’action des Etats pour les sortir de l’ornière (8%).  Et des Nations Unies ? Encore moins… Le chiffre est de tout juste 7 % cette fois-ci. Quant aux ONG (4%) et aux entreprises (2%), pas même la peine de les mentionner. 

Alors, si la crainte de l’effondrement peut éventuellement conduire à un sursaut salutaire, reste à savoir de qui il pourrait venir. Eh bien, les Français auraient surtout confiance en… eux-mêmes (40 %). A noter toutefois qu’un sondés sur quatre dit simplement ne pas savoir en qui se fier pour éviter l’effondrement. Un aveu d’impuissance…

Question subsidiaire : à quoi ressemblerait un monde post-effondrement ? Les Français se divisent clairement sur le sujet. Un sondé sur quatre parie sur un retour à la nature, avec un mode de survie adapté à cet environnement nouveau (survivalisme). C’est chez le 18-24 ans que cette hypothèse trouve l’écho le plus notable (31%). 25% des Français mises sur un retour à la nature via des communautés autogérées sous forme d’éco-villages et 19% sur un retour à des Etats-nations plus limités. Et vous ? 

* L’enquête a été réalisée sur 1 004 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.